Tanawat Suriyatongtam

Tanawat Suriyatongtam

Né le : 22 Janvier 1977

Nationalité : Thaïlandaise

Éducation : Bhanditpattanasilp Institute

College of Fine Arts, Bangkok

M.F.A Graphic Art, Silpakorn University

 


 

2003 : Toshiba « Brings Bood Thing to Life » Exhibition

2004 : Art Market « Project Art » Exhibition

2005 : Print exhibition 2005, Tokyo

2006 : The 52nd National Exhibition of Art

2007 : Exposition en solo, « Chon Chon », Jamjuree Art Gallery

2008 : Exhibition Sculpture Competition 2008, Rotary

2009 : The 55th National Exhibition of Art, 2nd place award

2010 : 1st Amata Art Award, 2010 Edition

2011 : « Multiple Choice » Graphic Art Competition by British Council, 4th place award

2012: Thaïland Art Exhibition by The Philip Morris Group of Companies, 1st place award

2013 : 17th Exhibition of Contemporary Art by Young Artists, Special award

 


 

Pour l’oeil non averti, Tanawat Suriyathongtam n’était qu’un étudiant en art parmi tant d’autres au sein de l’université de Silpakorn. Mais même dans ses années les plus jeunes, il a toujours été très prolifique dans sa démarche artistique, enchainant exposition après exposition, travaillant sans relâche sur ses collages, ses impressions, mélangeant les techniques et les matériaux. Inspiré, Tanawat n’en oublie pour autant jamais le style qui lui est propre, mélangeant satyre sociale, humour prononcé et introspection au sein d’œuvres spectaculaires mais accessibles.

Pour Tanawat, l’art contemporain a ses bons et ses mauvais côtés. Par le passé, il était facile d’accéder à l’art, car il avait une image qui était belle et facile d’appréhender. L’art contemporain, tel qu’il est créé actuellement, est un art qui a pour but d’interpeler et de rendre confus la personne qui le regarde. Mais l’art contemporain, parce qu’il est issu de la diversité et de la multitude des esprits et des caractères, est aussi un miroir réfléchissant les pensées et les sentiments de l’artiste; et il peut donc par définition être bon ou mauvais.

L’art de Tanawat, parce qu’il réfléchit son esprit agité et parfois négatif, est un art qu’il définit comme « négatif », bien que le sens soit légèrement différent de celui qu’on lui prête habituellement. L’art négatif de Tanawat n’a pas pour but d’être beau ou plaisant à l’œil, mais d’agiter la pensée et la réflexion chez l’observateur. Tanawat est également un artiste qui apprécie la valeur intrinsèque du ridicule et du sarcasme. L’humour présent dans ses oeuvres permet d’adoucir ce que certain pourraient percevoir comme une satyre sociale. S’utilisant lui même comme modèle, qu’il soit vieux, jeune, femme ou homme, changeant de visage en fonction de la situation, il peut être tour à tour moine, politicien, agent public ou mendiant. La caricature sociale s’associe donc à l’auto-dérision; Tanawat s’utilisant en quelque sorte comme « agenau sacrificiel » sur l’autel de la critique sociale, utilisant son visage pour ne viser à la fois personne et tout le monde, lui y compris.

Se demander quel est le message moral convoyé par l’art de Tanawat revient à se demander quel message moral est convoyé par l’art qu’il considère comme « classique » ou « beau » (selon ses propres termes). Le message n’est pas forcément l’intérêt premier de l’art, même lorsque se dernier se revendique satyrique et engagé.